Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

C’est désormais officiel et ce, malgré les espoirs nés du retour de Bertrand Cantat sur scène ces derniers mois, l’un des plus grand groupe de rock français est mort aujourd’hui. Je ne reviendrai pas sur les causes de cette fin, je me contenterai ici d’un hommage funèbre.

 Noir désir, parfois désir noir au plus profond des textes endiablés et de la rage intense qui les a animé durant leur 20 années d’existence. Car savez vous monsieur que NoirDez n’est pas un de ces groupes commerciaux qui n’existe que pour faire vivre quelques éditeurs peu scrupuleux ; non, Noir Désir c’est bien plus que ça, c’est une rage, une révolte permanente que le vent a finalement emporté.

 On a eut beau prier leur étoile de briller a nouveau, on a eu beau se dévouer à l’espoir qui nous tenait, à la flamme qui était réapparu chez Cantat ces derniers moi rien n’y a fait. Ont il réussi à enfermer nos cœurs dans leur appartement ?? Sans aucun doute car je suis certain que nous garderons tous en mémoire les balades lyriques comme l’énergie électrique de leur musique et de leur jeu de scène pour laquelle ils ont toujours tout donné au point de voir Cantat faire une syncope tant il se transcendait (comme tout le groupe) pour son public. Comment ne pas être ému devant « septembre en attendant » comment ne pas être envouté par « si rien ne bouge » comment ne pas se transcender devant «Pyromane » ou « les écorchés » joués sur scène où ils laissent nos meilleurs souvenirs??

 Nous étions en septembre et nous attendions la suite des carnages mais la limite est arrivée, l’ombre renaissante s’est perdue au loin, s’est noyée dans les océans du vide. Et c’est à la mémoire de ces hommes dont les sanglots si long faisaient couler l’acide que j’écris ces lignes.

 Toujours être ailleurs, toujours découvrir de nouveaux horizons tel était la ligne directrice. Car noir désir a su de diversifier et nous offrir une grande variété de titre. Des débuts avec un rock énergique et puissant symbolisé par « Tostaky » au crépuscule lyrisme de « des visages des figures ». Des riffs de guitare puissants et électriques de l’aurore à la douceur des mélodies de la nuit. Des textes engagés aux poèmes d’une émotion débordante… Si il est bien une constante à toutes ces oppositions c’est le talent d’un groupe d’ami mis au service de nos oreilles qui les en remercient encore.

 “Those afternoons are confused/ I’m don’t sure that you really chose/ There event one more reason to fell lazy” (extrait le “Lazy”), ça traduit pas trop mal le sentiment qui nous habite suite à cette annonce. Il nous reste cependant la beauté des rêves pour que vive et survive l’esprit de révolte qui les animait, pour que vive et survive leur poésie née dans la tête d’un écorché qui a malheureusement trouvé le temps d’attraper la rage nous privant ainsi d’une suite à une histoire trop tôt terminée

 Révolutionnairement votre

Le Che de Fermont 

Partager cette page
Repost0