Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 17:57

Me revoila de retour chers lecteur après quelques congés mérités (ou pas ). Pour mon retour je ne vais pas faire dans l'original puisque je vais vous parler des élections de mi-mandat qui ont eu lieu aux USA.

 

 Tout d'abord un petit rappel des faits. Comme tous les 4 ans les américains ont été appelé à élire leurs représentants au Sénat et à la chambre des...... représentants.  Je vais déjà commencé à foutre ma m--de en m'interrogeant sur le bien fondé de telles élections. Je ne parle pas du concept d'élections législatives que je défend mais de leur emplaçement en ce millieu de mandat. Mon interrogation prend d'ailleur tout son sens quand on observe les résultats et la défaite des démocrates qui perdent la Chambre(239 contre 183) et ne conservent le sénat que d'une courte tête (49 contre 46). Il apparait donc que le gouvernement démocrate de Barack Obama ne sera plus en mesure de poursuivre son action à cause du véto législatif qui va se mettre en place.

 

 

Qu'a donc eu, celui que l'on annonçait comme le méssi, pour mettre en place sa politique ?? 1 ans et 10 mois (il n'est officiellement président que depuis janvier 2009) ce qui est ridicule et donc insuffisant pour entamer, ne serait-ce qu'en surface, un programme politique de moyen terme (4ans ou plus). Certes certains dirigeants ont besoin de moins de temps que ça pour apparaitre sous leur vrai jour (je ne vise personne suivez mon regard) mais en général il est impossible de réformer éfficassement en si peu de temps.

 

http://renartleveille.files.wordpress.com/2009/01/barack-obama-gave-despoir.jpg?w=500&h=500J'en viens maintenant aux raisons de cet échec (que j'avais commencé à évoquer ici) prédit par la totalité des analystes politiques. Je reteindrai quatre causes principales:

La première est celle pour laquelle le plus d'espoirs avaient été placé en lui (trop d'espoir même à mon sens), je parle de la réforme de la finance dont les dérives sont apparues au grand jour durant la dernière crise. La loi de juillet 2010 protège un peu les petits porteurs américain contre les produits financiers douteux et instore un début d'embryon de controle sur les activités des fond spéculatifs tout en obligeant les banques à se doter de fonds de réserves conséquents afind éviter toute faillite. Mais ceci est jugé insuffisant par l'opinion publique qui n'a toujours pas comprit le prêt de 700 000 000 000$ aux banques sans aucunes contreparties au plus fort de la crise

La seconde concerne la réforme de la santé qui était un des pilliers de la campagne du candidat Obama et était nécéssaire quand on sait que 48 000 000 d'américains ne sont pas du tout couvert et que l'amérique est le seul pays occidental à ne pas lier citoyenneté et protection sociale. La loi du de mars dernier va enfin permettre à 32 000 000 d'américains d'être couvert et interdit aux assureurs de refuser d'assurer à cause d'entécédents médicaux.  Mais, malgré un cout de 940 milliards $ sur dix ans, le système n'est pas pour autant modifié en profondeur. En effet, la création d'une assurance publique a été annulée sous la pression des lobbys des assureurs et le retour au pouvoir de l'opposition risque de bloquer l'application de la loi.

http://lebleu.blogs.nouvelobs.com/media/00/01/209f2309f899d814dcaaa60d2dc6ac84.jpgLa troisième concerne le climat et le réchauffement climatique. En effet, les amendements proposé par les sénateurs McCain et Liberman visant une réduction de 17% des émissions en 2020 et de 80% en 2050 (par rapport à 2005) ont été rejetté par le Sénat le 22 juillet dernier. Les USA arriveront ainsi sans aucunes avancées lors du sommet de Cancùn de décembre prochain qui s'annonce déjà comme un nouvel échec (un de plus à quand la fin des belles paroles !? à quand les actes ??).

La dernière est plus contextuelle. En effet les chiffres de l'économie de ces derniers mois ne sont pas bons avec un marcher de l'immobilier en berne (à nouveau), Un nombre d'emplois crées trop bas pour faire baisser un chômage à 10%. Il apparait que la trop faible amplitude du plan de relance (pourtant de 1000 milliards de $) est à l'origine de la faible reprise de l'économie. Pourquoi ?? A cause de l'entourage même du président qui reste très (trop) proche des millieux financiers .

 

Le messi Obama ne pourra donc pas réellement essayer de réformer comme il s'était engagé à le faire. Certe il était prévisible de prévoir un échec d'Obama tant les espoirs placés en lui étaient grand mais on ne peut que regretter que les américains ne lui laissent pas réellement sa chance pour au moins s'engager dans un procésus positif pour les états unis et donc pour le reste du globe. Attention, je précise bien que je n'ai jamais crus qu'Obama change le monde, j'espèr(ais) qu'au mieux il s'engage dans le procésus décrit ci dessus.

 

 
"Pour que vive et survive cet esprit de révolte qui nous habite"

 

Révolutionnairement votre

Le Che de Fermont

Partager cet article
Repost0

commentaires