Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 11:48

http://prix-immobilier.info/wordpress/wp-content/uploads/2010/07/bresil-environnement.jpgContrairement à David Lynch je ne parlerai par de Sailor mais uniquement de Lula. Attention je ne parle pas de l'actrice Laura Dern mais de Luiz Ignacio Lula da Silva, ex président du Brésil. En effet son 2nd mandat viens de s'achever et il semble son successeur, Dilma Roussef, soit en bonne place pour continuer le travail de celui qui a permit au Brésil de commencer à peser dans l'échiquier mondial avec environ 46% des suffrages exprimés. Si un second tour sera nécessaire, nul doute qu'avec ce score que la candidate de Lula soit prochainement investie. Je prends donc aujourd'hui le temps de revenir sur le bilan de Lula en tant que président du Brésil

 

Commençons par quelque chose de terre-à terre à savoir l'économie. Le bilan est plus qu'honorable avec une croissance suppérieure à 3% du PIB depuis 2004 et qui, après avoir reculé du 0.2% en 2009, devrait atteindre un niveau record de 7.5% en 2010. Le pays est devenu une grande puissance agricole en devenant le 2nd producteur et le premier consomateur d'agro carburants au monde. Lula, en se rapprochant de l'Inde et de l'Afrique du Sud, a réussi à créer un groupe de pression dans les instances dirigeantes de l'économie mondiale comme l'OMC ce qui a permit au Brésil de commencer à pesé dans la balance géopolitique mondiale.

 

http://www.jdf.com/basemedias/2008/07/12/103.0.785042715.gifConcernant le bilan social, il est globalement positif, en effet l'augmentation du salaire minimun et le plan Bolsa familia (plan social de Lula) ont permit de faire reculer la pauvreté, le nombre de citoyens vivant sous ce seuil fatidique étant passé de 77.8 à 53.7 millions de personnes en 5 ans. Cependant, si le niveau de vie a globalement progressé, grâce aux phénomènes cité ci dessus et la stabilité politique du pays, contrairement à l'époque du prédecesseur de Lula Fernando Cardoso; il ne faut pas oublier que les 11 millions de brésiliens les plus pauvres n'ont toujours pas prit l'assensseur social activé par Lula. On ne peut aussi oublier les minoritées indo-américaines, expropiriées et parquées dans des réserves pour faire pla ce au progret économique.

 

Diplomatiquement, le Brésil, via ses accords passés avec d'autres pays émergenants, est devenu l'un des portes paroles majeur de ce groupe d'états, plus même que le président Bolivien Evo Morales qui se fait plus porte parole de l'alter mondialisme du tier monde et de plus en plus aussi dans nos pays du nord (même si c'est encore embryonnaire). Lula jouit d'ailleur du titre honorifique d'homme politique le plus populaire du globe, Obama déclarant même "adorer ce type"

http://cartographie.sciences-po.fr/cartotheque/deboisement%20et%20environnement.jpg

 

 

 

 

C'est maintenant que le bas blesse. En effet comme je l'ai déjà suggéré plus haut, ce bond économique n'a pas fait que des heureux. En effet, les minorités indiennes n'ont cessé de se faire maltraitées par Lula en particulier lors de projet de barrages hydro-electriques qui ont noyés les terres de ces peuples. En témoigne le barrage construit sur le fleuve Paranà à proximité des chute d'Iguaçu à la frontière Brésilo-Argentine. Les quelques 600 000 indiens du brésil n'ont d'ailleur pas grand espoir concernant le scrutin en cour.

http://alconis.com/wp/wp-content/uploads/2009/12/tck-luiz-inacio-lula-da-silva.jpgDe même en faisant le choix de l'agriculture intensive, des OGM et des agro carburants, le Brésil se retrouve confronté à la disparition de la foret amazonnienne, également détruite afin d'accéder à des gisements de matières premières. Cette déforestation, se fait actuellement au rythme d'une Belgique par an environ malgré un recul de 47% en 2009 (tout de même 4500km²) selon les sources officielles. L'environnement n'a pas été une réussite sous Lula, mais le bon résultat de la canditate écologiste (mais néanmoins trop concervatrice concernant les moeurs se prononçant contre l'avortement entre autre) Marina SIlva avec 19% des voix fait naitre l'espoir d'un début de changement. De même ce thème de l'environement fut très présent durant la campagne.

On peut aussi reprocher à Lula d'avoir quelques peut oublié son passé de syndicaliste en entrant trop dans le système qu'il a combattut au fur et à mesure que ses mandats avançaient dans le temps. Contrairement à Morales qui continue son combat contre l'Organisation Mondiale du Crime.

http://www.populationdata.net/images/cartes/monde-ogm.png

 

 

pour que vive et survive cet esprit de révolte qui nous anime

Révolutionnairement votre
Le Che de Fermont

Partager cet article
Repost0

commentaires