Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 18:19

http://img.over-blog.com/542x451/3/30/61/94/crise_grece.jpg

 

Ca y est !! Enfin un signe fort de ras le bol !! Nos amis grecs ont enfin poussé le premier cri de rébellion face à l'austérité générale qui ne solutionnera sans doute pas les crises budjétaires européennes. Les chauffeurs routiers se sont fait leaders de la contestation générale. En effet, en refusant d'assurer les livraisons le pays est confronté à une panne sèche de ses station-services a tel point que le gouvernement a ordonné à l'armée d'assurer le transport de l'essence. Mais malgrès cela la situation est loin de revenir à la normale d'après le président de l'union grecque des opérateurs de tourisme.

 

Face à cette situation tendue le gouvernement, plutot que de revenir en arrière et de renoncer à une politique d'austérité aux conséquences dramatiques pour les grecs, brandi l'étendard de la menace en affirmant que les grevistes se veraient retirer leur licences et perdraient ainsi leur gagne pain c'est beau une démocratie où la voix du peuple est écoutée...

 

Mais pour quoi une telle protestaiton ?? Pour protester contre la libéralisation du secteur et la baisse des tarifs de fret qui menace les revenus d'un des PIIGS (portugal irland italia greece and spain) qui sont les pays les plus "pauvres" d'europe occidentale (à ne pas confondre avec l'UE).

 

Mais le gouvernement peut il faire quelque chose ?? Oui et non, car ce plan de rigueur est dicté par les plus hautes instances de l'économie mondiale que sont le FMI et l'UE et que en s'affranchissant de ces dirrectives, le pays risque de perdre tout soutient dans ces instances et sombrer un peu plus en perdant les aides d'un montant de plus de 110 milliards d'euros.

 

La grèce et les grecs sont donc définitivement coulés par les marchés car ceux-ci ont causé sa perte par des spéculations massives et des notations par les fameuses agences les alimantant et car ces derniers refusent de lui venir réelement en aide en puisant dans les faramineuses sommes d'argent qu'ils brassent quotidiennement.

Le problème de cette crise c'est qu'elle soulève deux limites: une de l'europe et une de l'euro. De l'Europe car les états membres ont été incapables de réagir rapidement, unanimement et fortement à cette crise en apportant dès les premier signes une aide massive et car l'Europe a accepté dans ces rang un pays dont la situation budjétaire est réputé instable. De l'euro car la réponse classique à cette crise aurait été une dévaluation de la monnaie grecque ce qui aurait relancé les exportations du pays et ainsi augmenté les recettes. Or l'euro est géré par le pacte de stabilité qui a pour but de garantir une faible fluctuation de la valeur de la monnaie unique, une dévaluation de l'euro devrait également être acceptée par les 27 et des pays comme la France ou l'Allemagne (à une moindre échelle car ce pays importe beaucoup de produits brut et exporte beaucoup de produits finis), dépendent des importation de matières premières et un euro fort leur garanti des coups d'achats moins élevé. La grèce est donc soumise à la volontée budjétaire et sa crise fait apparaitre les disparitées qu'il existe entre les 27.

 

Le destin des grec est donc lié à celui des marché pour ne pas dire soumis à eux. Le crit poussé par les chauffeurs routiers doit, pour être éficace se propager aux autres pays de l'union et ainsi contraindre les états à reculer sur les plans d'austérité. Il apparait également que la démocratie du peuple par le peuple a été remplacé par une dictature des marchés

 

révolutionnairement votre

Le Che de Fermont

Partager cet article
Repost0

commentaires